Equipe

Equipe

Estelle Herrscher

20141121_141130

Chargée de Recherche au CNRS à Aix-en-Provence, Estelle Herrscher est anthropologue biologiste. Ses recherches portent sur la reconstitution de l’alimentation et l’étude des facteurs environnementaux, socio-culturels et biologiques intervenant dans les choix alimentaires opérés par les humains. Elle travaille à partir de l’étude des pathologies bucco-dentaires ainsi que sur l’analyse du contenu chimique des ossements. Après des recherches menées en France sur des contextes historiques et néolithiques, Estelle Herrscher travaille sur les modifications alimentaires en contexte insulaire, notamment lors de la colonisation du Pacifique. Elle dirige actuellement le programme de recherche ORIMIL.

 

Erwan Messager

Erwan

 

Erwan Messager est paléobotaniste, chargé de recherche au CNRS depuis 2011 dans l’UMR 7264. Ses recherches portent sur l’histoire paléoenvironnementale des régions caractérisées par la présence, ou la proximité de refuges forestiers glaciaires. Ce travail est fondé sur deux approches principales :

–          l’étude palynologique de séquences naturelles (comme des dépôts lacustres ou tourbeux) pour reconstruire l’histoire de la végétation des 15 derniers millénaires

–           l’études des marqueurs botaniques enregistrés sur les sites archéologiques, pour caractériser l’exploitation des ressources végétales par les populations. Cette démarche est appliquée dans le cadre de trois ateliers localisés dans le Bassin de la Mer Noire : Le Petit Caucase, la Péninsule de Crimée et le Delta du Danube. Il coordonne notamment le LIA franco-géorgien GATES (Georgian Ancient Transcaucasia: Environment and Societies) avec David Lordkipanidze.

https://cnrs.academia.edu/ErwanMessager

 

 Sébastien Nomade

snomade

Chercheur CEA Sébastien Nomade est rattaché au laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE) basé à Gif-sur-Yvette dans la banlieue sud de Paris. Géochimiste, spécialiste de la datation 40Ar/39Ar, l’essentiel de ses recherches est focalisé sur la chronostratigraphie du Pléistocène, la volcanologie, l’évolution des hominidés et des paléoenvironnements en relation avec les changements climatiques depuis 2.6 Ma en Eurasie.

Il travaille depuis 2009 dans la région du petit Caucase et en particulier sur le volcanisme récent de cette région, la datation des sites archéologiques du Pléistocène inférieur et les sources d’obsidiennes en Géorgie, Arménie et dans l’est de la Turquie.

Lucie Martin

Lucie

 

Lucie a une formation d’archéologue et depuis plus de 10 ans elle est spécialisée en archéobotanique. Elle identifie les macrorestes végétaux qui ne sont pas des charbons de bois ; le plus souvent ce sont des graines et des fruits mais cela peut-être également des bourgeons, des feuilles, des tiges, des coques, etc. Ses recherches de doctorat ont porté sur plusieurs sites néolithiques (5500-2500 avant J.-C.) des Alpes françaises du Nord. Actuellement elle poursuit ses recherches les milieux montagnards, dans les Alpes (Suisse, France et Italie) et dans le Caucase, principalement dans le sud de la Géorgie.

https://unige.academia.edu/LucieMartin

 

Modwene Poulmarc’h

Moi

 

Archéo-anthropologue Modwene Poulmarc’h est actuellement en post-doc dans le cadre de l’ANR Orimil au sein du laboratoire LAMPEA. Ses recherches doctorales ont porté sur les pratiques funéraires et l’identité biologiques des populations du Sud Caucase du Néolithique à la fin de la culture Kuro-Araxe (6ème-3ème millénaire a.v. J.-C.) à travers une approche archéo-anthropologique. Ses recherches sont fondées sur l’étude des pratiques funéraires et sur l’analyse des restes humains des populations pré et protohistorique du Sud Caucase, dans une perspective diachronique,  qui comporte depuis le Mésolithique jusqu’à la fin de l’âge du Bronze plus de 500 sites où la présence de sépulture est attestée. Ses travaux s’appuient sur la mise en œuvre de toutes les techniques de « l’anthropologie de terrain » lors de la fouille de sépulture et sur les méthodes les plus fiables de l’anthropologie biologique lors de l’étude des restes humains.

https://univ-aix.academia.edu/ModwenePoulmarch

 

Alexia Decaix

Alexia

 

Doctorante en archéobotanique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Muséum National d’Histoire Naturelle), Alexia travaille sur les restes botaniques que l’on retrouve sur les sites archéologiques, qu’il s’agisse de graines, fruits, éléments floraux, tiges ou de charbons de bois. Son travail est essentiellement consacré au sud du Caucase : elle étudie les macrorestes végétaux  provenant de sites situés en Azerbaïdjan, Géorgie et Iran et ayant été occupés entre le Néolithique et l’Age du Bronze. Ses recherche s’intéresse plus particulièrement à la reconstitution des pratiques humaines en lien avec l’exploitation des végétaux (alimentation, pratiques agricoles, gestion forestière …) mais également à la reconstitution des environnements exploités l’Homme.

https://univ-paris1.academia.edu/AlexiaDecaix

 

Caroline Hamon

Hamon

 

Chargée de recherche au CNRS-UMR 8215 Trajectoires depuis 2010, Caroline Hamon travaille sur les dynamiques économiques dans différents contextes néolithiques et chalcolithiques (Europe du nord-ouest, sphère méditerranéenne, Caucase). Technologue et tracéologue, spécialiste des macro-outils lithiques (meules, polissoirs etc), elle a soutenue en 2004 une thèse à l’université de Paris 1 sur le macro-outillage rubané en Europe du nord-ouest. Elle collabore depuis 2003 à différents  programmes de recherche dans le Caucase (Russie, Géorgie, Azerbaïdjan). Son travail vise à préciser la place des activités de transformation alimentaire et artisanales de l’espace domestique dans les premières sociétés agricoles, et à contribuer à mieux comprendre l’émergence de l’exploitation intensive des ressources  minérales (colorants, minerais, sel).

http://www.mae.u-paris10.fr/trajectoires/spip.php?article62

https://cnrs.academia.edu/HamonCaroline

 

Vincent Olivier 

Photo Ollivier Vincent

 

Ses recherches en géomorphologie et géoarchéologie dans le Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie) ont débuté en 2002 (Mission Caucase du MAE, dirigée par Christine Chataigner, Archéorient, CNRS UMR 5133). Axées sur relations hommes/milieux, celles-ci portent sur l’évolution de la morphogenèse (moteurs, processus, ampleurs, vitesses, rythmicités) en interrelations avec les changements bioclimatiques et les occupations humaines à la fin  du dernier cycle climatique.

https://www.researchgate.net/profile/Ollivier_Vincent?ev=hdr_xprf
https://mba-iae-aix.academia.edu/VincentOllivier

 

Gwennaëlle Goude 

Gwen

 

Chargée de recherche au CNRS depuis 2010 (UMR 7269 LAMPEA, AMU, CNRS, MCC, Aix en Provence, France), Gwenaëlle Goude travaille sur la paléoalimentation humaine, les relations Hommes-Milieux et l’évolution des sociétés préhistoriques et protohistoriques en Europe et Méditerranée. Anthropologue biologiste de formation et spécialisée dans l’utilisation des marqueurs isotopiques, elle a soutenue en 2007 une thèse en cotutelle entre l’Université Bordeaux (France) et l’Université de Leipzig (Allemagne) sur les pratiques alimentaires des premières sociétés néolithiques du nord-ouest de la Méditerranée. Elle participe depuis 2004 à différents  programmes de recherche nationaux et internationaux (cfhttp://lampea.cnrs.fr/spip.php?article843), dont le programme ANR ORIMIL depuis 2013, pour lequel son travail a pour objectif de documenter la consommation du millet par les groupes humains préhistoriques du Caucase, en particulier par l’analyse des ratios isotopiques du carbone sur la bioapatite.

https://univ-amu.academia.edu/Gwena%C3%ABlleGoude

 

Christian Sermet 

Christian

Christian Sermet est responsable des collections d’Archéologie et de Préhistoire du Musée des Confluences et chargé de projets des expositions permanentes « Origines » et « Eternités ».

Après un D.E.A. en langues histoire et civilisations des mondes anciens des origines à l’Antiquité tardive (Université Lyon-II), il  travaille dans la médiation culturelle et scientifique muséale, en milieu associatif et professionnel, puis rejoint l’équipe des expositions du Musée des Confluences en 2000. Il y conçoit et réalise une quinzaine d’expositions de sciences et sociétés.

Emmanuelle Vila 

Evila ete 2014bis

Chargée de recherche au CNRS-UMR 5133 Archéorient (et actuellement directrice de cette même unité), Emmanuelle Vila est archéozoologue. Ses travaux sont centrés sur l’exploitation des animaux au Proche-Orient ancien et en Méditerranée orientale du 5ème au 1er millénaire a.v. J.-C. Elle étudie les aspects zoologiques, économiques, sociaux, culturels et religieux de la relation de l’homme et l’animal. Ses recherches abordent également l’adaptation de l’exploitation des animaux au milieu, l’interprétation des analogies et des contrastes dans la composition des ensembles fauniques suivant les périodes ainsi que la caractérisation des sociétés rurales et urbaines. En Arménie, dans le cadre de la mission Caucase dirigée par C. Chataigner, elle travaille plus spécialement sur l’économie de subsistance au Néolithique dans la plaine de l’Ararat en collaboration avec A. Bălăşescu (études archéozoologiques des sites d’Aratashen et d’Aknashen).

https://univ-lyon2.academia.edu/EmmanuelleVila

 

Christine Chataigner 

Christine

Ingénieur de recherche au CNRS-UMR 5133 Archéorient, Christine Chataigner est également directrice de la Mission Caucase du Ministère des Affaires Etrangères. Elle travaille essentiellement  sur les périodes Mésolithique, Néolithique et Chalcolithique en Arménie et dans le sud de la Géorgie. Ses recherches visent à mettre en évidence l’originalité des cultures locales et la fluctuation des influences venues du Proche-Orient ou du nord de l’isthme Caucasien. Ses travaux portent également sur  la circulation de l’obsidienne dans le Sud Caucase et au Proche-Orient aux époques préhistoriques, en s’attachant à la modélisation (SIG) des cheminements et à l’interaction avec les réseaux d’échange d’autres matériaux.

https://mom.academia.edu/ChristineChataigner

 

Françoise Le Mort

lemortfrancoise

 

 

 

Catherine Bodet

Catherine Bodet

 

Après un master d’histoire de l’art et d’archéologie (Université Lyon2), Catherine Bodet a mené des études pour la Conservation départementale du Patrimoine du Rhône. Elle a rejoint ensuite le nouveau musée de site de st Romain en Gal et a mis en place le service des publics pour son ouverture (accueil, médiation et programmation). Au musée des Confluences depuis 2003, elle est référente des publics dans l’équipe projet des expositions permanentes Origines et Eternités.

Catherine est en charge des collections d’Archéologie et de Préhistoire (2004-2009), elle a initié le projet de recherche autour de la sépulture de Koban, présentée dans le parcours permanent du musée des Confluences. Depuis 2009, elle est chargée de la programmation scientifique du musée des Confluences.

 

Bertille Lyonnet

Bertille

 

https://independent.academia.edu/BertilleLYONNET

 

Christine Oberlin 

Christine Oberlin